vendredi 27 avril 2018

La Table de la Manufacture Urbaine: Côté Table

Le Délice du jour n'est plus :-( 

Beaucoup d'entre nous ont appris la nouvelle avec effroi et tristesse. Moi-même, à chaque passage du côté de Gerpinnes, je ne peux m'empêcher de tourner la tête vers l'établissement quand je passe devant.

Fabrizzio Chirico s'est lancé dans un nouveau défi, au sein de la Table de La Manufacture Urbaine, où il officie à présent à temps plein, accompagné de son fidèle second Steeve.





Pour ceux qui ne connaissent pas encore la Table de la Manufacture Urbaine, il s'agit du grand bâtiment qui trône fièrement en bord des quais de Sambre, juste en face de la gare.






A l'intérieur, un espace cuisine bistronomique, au rez-de-chaussée, dont je vous parlais il y a quelques temps ---> vous pouvez retrouver mon article à ce propos en cliquant ICI.

Et le côté table, à l'étage, proposant une cuisine plus gastronomique, où j'ai mangé il y a quelques jours avec ma petite maman.

J'avais hâte de retrouver la cuisine et la patte de Fabrizzio. Ce changement d'établissement était-il positif? Allait-on se plaire autant qu'à Gerpinnes? 

C'est donc mardi midi que j'ai franchi les portes du magnifique restaurant. Maman, qui n'avait jamais visité l'établissement, est particulièrement impressionnée par le cadre. Car il faut bien l'avouer, tout est très beau, c'est un des réels points forts de l'endroit. 

Certains regretteront sans doute le côté intimiste du Délice du jour. Oui, c'est vrai, le service de Thomas, les conseils vins de Sanae, la jolie terrasse,... Mais c'était avant tout pour la cuisine de Fabrizzio que nous y allions et ça, elle est toujours là, à la Table, dans toute sa splendeur.






Cette photo illustre magnifiquement le travail de ces talentueux cuisiniers. Une rangée de poêlons, remplis de diverses sauces. La cuisine est totalement ouverte et où que l'on se trouve dans le restaurant, on peut observer les dressages, les cuissons,... Au top, j'adore!


L'accueil fût peut-être un peu froid à notre arrivée. Nous sommes envoyées à l'étage où un jeune garçon de salle très souriant nous prend en charge. Le service est alors très correct (bien qu'un peu hésitant) mais bien suivi et agréable. Les deux jeunes garçons veulent bien faire et ça se ressent.

Côté carte, en plus d'un lunch très compétitif à 25€, servi uniquement le midi, un menu est décliné en 3, 4 et 6 services (à 38€, 48€ et 65€). Nous avons pour notre part choisi le menu 4 services. J'avais bien envie de tenter le 6 mais maman ayant un appétit de moineau, je me voyais mal finir toute ses assiettes en plus des miennes. Je suis gourmande mais pas à ce point-là ;-) 

Nous n'avons pas pris de vins pour accompagner notre repas (maman et fille sérieuses s'il vous plait). Je ne me suis donc pas trop penchée sur le sujet. 


Mise en bouche: saumon, algue nori et oeufs de truite. Bouchée simple, fraiche et un saumon très qualitatif.


Mises en bouche: du haut vers le bas:
- Ceviche d'églefin, jus lacto
- Croquette de queue de boeuf et moutarde
- Velouté de topinambours
- Préparation autour de la moule et livèche.

De très belles sensations pour commencer ce repas. Mention spéciale pour la croquette de queue de boeuf terriblement gourmande.



Première entrée: Foie gras mi-cuit, cassis, gel de pomme et brioche.
Je ne suis pas super fan du foie gras froid. Je le préfère chaud, c'est comme ça, c'est une question de goût. Toutefois, cette assiette était parfaitement réussie. Textures, sucré salé très réussi, et ces petites brioches servies toutes chaudes, miam! Au final, j'ai beaucoup aimé.


Deuxième entrée de maman: Boeuf black Angus, betteraves et pied de porc.
Pour cette deuxième entrée, nous avions le choix entre deux propositions. Maman qui adore le boeuf et encore plus le pied de porc a choisi les yeux fermés cette assiette. 
J'ai bien évidemment laissé traîner ma fourchette par là et doit bien avouer que cette préparation était super gourmande. Beaucoup de goût, une cuisson parfaite du boeuf et le pied de porc en tartare, délicieux.


Ma deuxième entrée: Maquereau, épinard, échalotte confite et moutarde.
J'ai, pour ma part, choisi l'autre option pour cette deuxième entrée. Une assiette très végétale, une belle couleur verte, une assiette particulièrement jolie. Sans doute pas un de mes plus grands coups de coeur en terme de saveurs mais l'assiette était bien équilibrée et réalisée.


Le plat: Veau, cima di rapa, chou-rave et câpres.
Bonheur et délectation. Un veau parfaitement cuit, super fondant, j'ai ADORE cette assiette. La sauce, les légumes et cette asperge blanche. Un plat très réussi et à mon goût.

En accompagnement, un petit bol de fregola sarde.




Le dessert; Mangue, vanille, croquant de romarin/ chocolat, passion.
Encore un joli coup de coeur pour ce dessert, séparé en deux bols. D'abord la force du chocolat, en mousse bien aérienne, texturé grâce au crumble. Ensuite, la fraicheur du deuxième bol, une glace vanille magnifique et ce nuage de mousse à la mangue mes amis. Rhoooo, j'ai adoré.


Verdict: très chouette repas passé à la Table de la Manufacture. Fabrizzio n'a rien perdu de sa superbe même si le concept est différent. Nous nous sommes régalés et maman a fini chacune de ses assiettes, c'est tout dire (pour rappel, elle mange comme un moineau). 

C'est sûr, pour ceux qui ont connu le Délice du jour, il y a des différences, c'est indéniable. Mais cette époque est révolue, il faut s'y faire et côté cuisine, rien n'a changé. C'est tout ce qu'il faut retenir. La qualité des produits, la justesse des assiettes et le talent de Fabrizzio apportent à l'établissement une vraie force. 

Nous avons payé 122€ pour nos deux menus, nos apéritifs et une bouteille d'eau pétillante. Une juste addition au regard du repas dégusté. La table de la Manufacture s'inscrit donc dans mon listing perso comme une valeur sûre où vous pourrez déguster la cuisine d'un Chef qui fait la fierté de notre région, dans un cadre somptueux, en plein centre de notre bonne ville de Charleroi.




Adresse: Place Emile Buisset
6000 Charleroi
071/70.20.18



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire